Tactique - Chapitre 4 : Les combinaisons avec prise majoritaire

La prise majoritaire représente l’ame des coups savants. Cette obligation de prendre au plus grand nombre permet la réalisation de mécanismes très élaborés.

Mais commençons par les manoeuvres simples...

Le collage

Sur une attaque de plusieurs pièces, le "collage" représente l’action de mettre en contact un autre pion sur un pion adverse.

C’est la mise à profit la plus basique sur une attaque de plusieurs pions (voir diagramme) : les noirs ont attqués deux pions, les blancs en profitent pour avancer le pion 16, qui est imprenable en vertu de la prise majoritaire. Après la prise des noirs, les blancs prennent en faisant dame.

diagramme
diagramme
diagramme

Le coup normand

Le coup normand consiste à introduire sur une attaque simple de l’adversaire, une prise majoritaire conduisant à une rafle.

Dans cet exemple (voir diagramme) les blancs forcent les noirs à prendre deux pions puis gagnent par opposition.

diagramme
diagramme
diagramme

Le coup de Jarnac

Cette combinaison se produit sur une attaque en lunette de l’adversaire. La encore, il suffit d’obliger celui-ci à prendre au plus grand nombre par un autre pion que celui qui attaque au départ pour exécuter une rafle.

Exemple (voir diagramme) :

diagramme
diagramme
diagramme

Le coup renversé

Jusqu’ici, toutes les combinaisons basées sur la prise majoritaire dépendaient d’une attaque de l’adversaire. Le coup renversé et les combinaisons suivantes introduisent dans leurs mécanismes la règle sans la nécessité d’être attaqué au préalable.

Exemple (voir diagramme) :

diagramme
diagramme
diagramme

Dans le coup renversé donné en exemple, les pions 37 et 38 ont joué un double rôle : d’une part garantir que les noirs n’ont qu’une seule prise possible de 2 pions, et d’autre part servir de pion d’appui au pion 32.

Le coup de la bombe

C’est un coup particulièrement meurtrier. Lors de son exécution, la rafle finale est exécutée en deux temps car le pion preneur bien que terminant la première phase en prise est protégé par l’introduction d’une prise majoritaire.

Exemple (voir diagramme) :

diagramme
diagramme
diagramme

Dans cet exemple, tous les pions noirs de la septième rangée ont été capturé par le pion 32 : d’abord les pions 16 et 17, puis les autres 18, 19 et 20.

Le coup royal

La caractéristique principale du coup royal est la prise par l’adversaire de 3 pions en arc de cercle en une seule fois (généralement).

Exemple (voir diagramme) :

diagramme
diagramme
diagramme

Le coup du cheval

C’est aussi une prise de 3 pions qui permet d’identifier le coup du cheval; cette fois, la prise est en forme de L

Exemple (voir diagramme) :

diagramme
diagramme

Il ne reste plus qu’à percer au bon endroit...

diagramme
diagramme

Le coup Raichenbach

Cette combinaison porte le nom d’un champion du monde français du début du XIXeme siècle. Le mécanisme consiste avec une prise majoritaire à dégager un pion adverse, puis à exécuter un coup direct.

Exemple (voir diagramme) :

diagramme
diagramme
diagramme