Tactique - Chapitre 7 : Les combinaisons avec dame adverse

Permettre à l’adversaire d’obtenir volontairement une dame peut paraître inconcevable...

Et pourtant cette possibilité génère de nouvelles idées de combinaisons détaillées dans ce chapitre.

L’envoi à dame

Le principe est simple : par un sacrifice, envoyer un pion adverse à dame, puis obliger la dame à reprendre pour réaliser une rafle.

Exemple 1 (voir diagramme).

diagramme
diagramme
diagramme

Dans l’exemple précedent, le pion noir 15 déjà en place sert de "butée" à la dame noire.

Exemple 2 (voir diagramme).

diagramme
diagramme

Ici la butée est mise en place au cours de la combinaison par une prise forcée.

diagramme
diagramme

Le coup de l’escalier

Cette combinaison consiste à envoyer plusieurs pions adverses à dame, puis à tous les récupérer par palier successif pour effectuer une rafle.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme

Il faut maintenant capturer les dames : première marche, deuxième marche, puis rafle...

diagramme
diagramme
diagramme

Le coup de l’africain

Le mécanisme du coup de l’africain débute par un envoi à dame, puis suit un collage pour récupérer la dame adverse lors de la rafle finale.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme
diagramme

Le coup Manoury

Ce coup porte le nom de son créateur (champion français du début du XXème siècle), qui a aussi instauré le système de notation.

Outre l’envoi à dame, la combinaison utilise une prise préférentielle pour constituer la rafle finale.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme

Et maintenant la prise préférentielle, laissant la dame adverse pour la rafle ultérieure.

diagramme
diagramme

Le coup demi-turc

Le coup demi-turc utilise la règle de la prise majoritaire et s’appuie également sur le fait que les pions doivent être pris après la rafle, et non pas au cours de l’exécution.

La dame adverse tombe en butée sur deux pions dont l’un effectue la rafle victorieuse.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme

La dame noire doit prendre trois pions et tombe en butée sur la case 31 car le pion 36 ne peut être pris (protégé par le bord du damier) ni le pion 37 (protégé par le pion 42 qui disparaît seulement après la prise).

diagramme
diagramme

Le coup turc

Dans le coup turc complet, il ne reste que le pion preneur après la rafle de la dame adverse, le deuxième pion en butée étant capturé lors de la-dite rafle.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme
diagramme

La dame noire doit prendre quatre pions et tombe en butée sur la case 29 car le pion 34 ne peut être pris deux fois tandis que le pion 33 est imprenable (protégé par le pion 38 qui disparaît seulement après la prise).

diagramme
diagramme

Avec une fin de partie gagnante.

Le coup suisse

Le coup suisse utilise a peu près le même mécanisme que le coup turc, avec en plus envoi d’un pion en lunette fermée

La dame adverse ne devient pas le premier maillon de la rafle finale : elle est un élément intermédiaire.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme

La dame noire doit prendre quatre pions et tombe en butée sur la case 38.

diagramme
diagramme

Le coup du fondeur de cloches

Il s’agit d’une combinaison rarissime qui consiste à coincer une dame adverse sur la grande diagonale.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme
diagramme

Les noirs, dans l’obligation de jouer, doivent sacrifier leur pion et perdent par blocage.

diagramme
diagramme

Le coup Van Bergen

Dans cette manoeuvre, l’envoi à dame n’a qu’un seul but : permettre au joueur qui effectue la combinaison d’effectuer un pionnage et de conserver le trait.

La dame adverse ne participe pas à la rafle victorieuse mais elle est capturée ultérieurement.

Exemple (voir diagramme).

diagramme
diagramme

La suite consiste en un coup direct, puis reprise de la dame adverse.

diagramme
diagramme
diagramme