Court terme Long terme

Par dalmeida – le 08/04/19 à 18h01Divers

Bonjour
Il y a une certaine effervescence sur le forum à propos de l'avenir de la FFJD. C'est plutôt positif. Nous avons 6 ou
7 personnes qui donnent leurs points de vue. Ce n'est pas mal mais c'est très loin de représenter la totalité des adhérents. Attention donc aux illusions d'optique. J'ai indiqué que la FFJD avait des points forts et des points faibles.
Il s'agit maintenant de voir comment continuer à avancer. Les projets de réunions sur différents thèmes sont intéressants. Je veux souligner qu'il faut traiter le court terme et le long terme. Il faut à court terme trouver un organisateur pour le championnat de France 2020. Il faut à court terme trouver un accompagnateur pour les jeunes
au prochain championnat d'Europe. Il faut à court terme trouver une direction pour la FFJD.
Il faudra bien évidemment aborder les questions liées aux subventions et à la communication. Mon point de vue
est qu'il n'y aura pas à court terme de progrès significatifs sur ces questions. Je suis prêt à prendre tous les paris. Je connais très bien la difficulté de ces sujets. Il faudra bien sûr organiser des colloques sur tel ou tel sujet mais il
faudra ,en attendant les brillants résultats de ces colloques , organiser les compétitions et envoyer nos représentants dans les compétitions internationales.
Il faut donc prendre des responsabilités et faire le boulot. La gestion d'un club ou d'une ligue n'a rien à voir avec la
gestion de la fédération. Il faut donc prendre ses responsabilités. Sinon ce sera comme depuis 9 ans paroles , paroles , paroles ...

Réponses (14)

Par jacky – le 08/04/19 à 19h11

Mr le Président

Si j'ai bien compris vous désirez passer la main depuis des années ,alors ,.laissez faire ceux qui visiblement veulent reprendre le flambeau .Et votre rôle serait plutôt de tendre la main au lieu d'offrir vos sarcasmes.

merci mr le président

jacky

Par dalmeida – le 08/04/19 à 19h21

Jacky
Ce ne sont pas des sarcasmes. C'est la réalité. Il y a le court terme et le long terme.
Quand on veut reprendre le flambeau , on se présente aux élections. Si on ne le fait
pas , c'est du blablabla !

Par Philippe Jeanneret – le 08/04/19 à 19h58

J'aime beaucoup l'esprit d'encouragement. C'est appréciable. Merci.

Par jacky – le 08/04/19 à 20h40

Bonjour
Il y a une certaine effervescence sur le forum à propos de l'avenir de la FFJD. C'est plutôt positif. Nous avons 6 ou
7 personnes qui donnent leurs points de vue. Ce n'est pas mal mais c'est très loin de représenter la totalité des adhérents. Attention donc aux illusions d'optique. J'ai indiqué que la FFJD avait des points forts et des points faibles

.( CELA MR LE PRÉSIDENT C'EST DU BLABLA ,POINT FORT ????? LESQUELS, HORMIS LE CHAMPIONNAT DE FRANCE JEUNES ET SEMI RAPIDE )

Il s'agit maintenant de voir comment continuer à avancer. Les projets de réunions sur différents thèmes sont intéressants. Je veux souligner qu'il faut traiter le court terme et le long terme. Il faut à court terme trouver un organisateur pour le championnat de France 2020. Il faut à court terme trouver un accompagnateur pour les jeunes
au prochain championnat d'Europe. Il faut à court terme trouver une direction pour la FFJD.

( SI VOUS LAISSEZ FAIRE LES CHOSES ET QU'EN PLUS VOUS AIDEZ A LA TRANSITION CELA IRA PLUS VITE ET MIEUX )

Il faudra bien évidemment aborder les questions liées aux subventions et à la communication. Mon point de vue
est qu'il n'y aura pas à court terme de progrès significatifs sur ces questions. Je suis prêt à prendre tous les paris. Je connais très bien la difficulté de ces sujets

( CE QUE VOUS N'AVEZ PAS RÉALISÉ EN 10 ANS NE SE RÉALISERA PAS EN TROIS MOIS . PAR CONTRE VU QUE VOUS CONNAISSEZ BIEN LE SUJET POUVEZ VOUS NOUS CONSEILLER , NOUS ORIENTER ?)

Il faudra bien sûr organiser des colloques sur tel ou tel sujet mais il
faudra ,en attendant les brillants résultats de ces colloques

( LA VOUS DONNEZ TOUTE LA MESURE DE VOTRE SOUTIEN A LA PASSATION .SI CELA N'EST PAS DU SARCASME VOIR DU MÉPRIS .....) ,

organiser les compétitions et envoyer nos représentants dans les compétitions internationales.
Il faut donc prendre des responsabilités et faire le boulot. La gestion d'un club ou d'une ligue n'a rien à voir avec la
gestion de la fédération. Il faut donc prendre ses responsabilités. Sinon ce sera comme depuis 9 ans paroles , paroles , paroles .

( MR LE PRÉSIDENT L 'HEURE N'EST PAS A L IRONIE MAL PLACÉE MAIS A IMPULSER UN SOUFFLE NOVATEUR.

PERSONNELLEMENT, JE PENSE QUE VOUS VOUS REPRÉSENTEREZ ET FEREZ TOUT POUR EVITER UNE PASSATION QUI NE VOUS CONVIENDRA PAS, JE PEUX ME TROMPER, L'AVENIR NOUS LE DIRA.)

Par dalmeida – le 08/04/19 à 20h55

Jacky
Lorsqu'on croit savoir ce qu'il faut faire et qu'on veut donner des leçons , on se présente aux élections
et on met en application son programme. Pourquoi avez - vous la trouille ?

Par Philippe Jeanneret – le 08/04/19 à 21h02

Bon là, on touche le fond......

Par dalmeida – le 08/04/19 à 21h18

Oui Philippe
C'est très confortable de commenter et de critiquer , de dire qu'on est à la morgue ...
C'est beaucoup plus difficile de prendre des responsabilités à la tête de la FFJD.

Par Alain Baudoin – le 08/04/19 à 21h29

Il me semblait avoir entendu dire qu'il fallait rester COURTOIS sur le forum; apparemment, même les conseilleurs n'appliquent pas les consignes. Dommage pour l'image de marque de la FFJD.
Il suffirait que personne ne jette de l'huile sur le feu, que chacun respecte l'avis des autres.
Ainsi on pourra mieux préparer le renouvellement de l'équipe dirigeante, si réellement il y aura renouvellement.

Par GOUZI – le 08/04/19 à 22h02

Un jour un "noir" a dit: I have a dream. Bientôt la même chose en FRANCE?

Par jacky – le 09/04/19 à 00h01

Pour ceux que ça intéresse

sinon pour les autres du blablabla

Projet éducatif

( Je prends donc cette occasion
De proclamer que la haute puissance
De la réflexion est bien plus activement
Et plus profitablement exploitée par
Le modeste jeu de dames ……)
Edgar A Poe (« Le double assassinat de la rue
Morge « , histoires extraordinaires – livre de
Poche- dans lequel Edgar Poe compare jeu de
dames et jeu d’échecs )


Introduction :

Le but que le club damier mirapissien poursuit à travers les différents ateliers qu’il anime de façon régulière depuis plusieurs années tant dans les collèges (, Montrabe, Pibrac ) que dans des centres d’animations, centres culturels, écoles primaires, mais aussi maison d’arrêt (Lavaur établissement pour mineurs) ne consiste ni à former des champions ni à tenter d’introduire une nouvelle matière d’enseignement, mais à apporter un outil supplémentaire dans la vaste panoplie des pédagogies de détour* . Dans le cas du jeu de dames, celui-ci incite l’enfant, l’adolescent, à travailler des notions scolaires, à acquérir des compétences sous forme ludique et surtout lui permet de s’évaluer plus positivement, de retrouver une place plus équilibrée dans le groupe social. De plus les règles du jeu de dames étant relativement simples, mais générant un jeu très complexe, ce fait permet à l’enfant d’aller du simple vers le complexe très naturellement .
Il reste à l’enseignant le plus délicat : mettre en œuvre la reconnaissance de la situation- problème , c-a-d :
- identifier le contexte d’utilisation
quels enfants sont concernés
quels sont les obstacles à leur faire franchir
comment évaluer le travail effectué
De plus la progression proposée ne néglige pas le fait que ce sport intellectuel doit être enseigné sur de bonnes bases. Celles-ci peuvent servir de fondations aux joueurs qui désireront pousser beaucoup plus loin la pratique de ce sport au sein d’un club affilié à la fédération française de jeu de dames.
Des expériences* sur l’enseignement du jeu de dames ont démontré un réel apport dans le développement chez les élèves de qualités telles que l’imagination, la rigueur, la logique, l’abstraction, le travail, la motivation ….toutes propres à rejaillir sur les disciplines plus classiques scientifiques ou artistiques
*(établissements scolaires de Beauvais et sa région-l’institut de Beaulieu à Salie de Salat tant en primaire qu’en secondaire- référence onisep bulletin d’information n° 405)





*pédagogie de détour : la pédagogie de détour entend contourner les obstacles cognitifs  en proposant des activités alternatives au cours traditionnel , pour : renforcer les apprentissages fondamentaux, atteindre les objectifs de fin de cycle

J’articulerai ce document selon le schéma suivant

a) le jeu de dames et ses apports intellectuels

b) le jeu de dames et ses apports pédagogiques

c) le jeu de dames et ses apports socialisants

d) les matières scolaires qui peuvent être abordées par le jeu de dames
(Mathématiques- français –histoire, géographie – informatique- esthétique)

e) approche d’activité manuelle (réalisation de damiers)

Il va sans dire que les points a, b, c présentés ici de façon statique, sont dans le processus réel de l’apprentissage totalement en interaction





Le jeu de dames et le développement intellectuel

(Selon la circulaire ministérielle de l’éducation nationale n° 2007-05 du 2 mars 2007)
« La pratique de jeux mathématiques et de jeux qui sollicitent et stimulent le raisonnement logique ……contribue à la formation mathématique des élèves et doit donc être encouragée » .

L’apprentissage du jeu de dames favorise :

L’attention-la concentration
Le jugement (stratégie)
La mémoire à long et court terme, visuelle
La logique mathématique
L’esprit d’analyse et de synthèse



L’attention- la concentration : apprendre à jouer aux dames c’est être attentif à une multitude de paramètres que l’on doit intégrer et ne plus perdre de vue, ne rien oublier de ce qui a été relevé, ne rien sous estimer; ces deux qualités s’apprennent petit à petit et nécessitent un travail sur soi permanent, travail qui une fois intégré aidera l’élève dans sa vie future.
Le jugement : mener une partie de dames c’est en fait porter une analyse permanente sur les coups joués de part et d’autre, soupeser plusieurs hypothèses à court terme et à long terme, juger du bien fondé de telle ou telle orientation du jeu. Cette capacité à porter un jugement s’affûte au fur et à mesure que l’élève assimile des données techniques et tactiques qui l’aident à asseoir et à affermir ses points de vue. Il prend par là même conscience qu’il peut avoir un jugement et que son jugement peut être pertinent.

La mémoire à long et court terme, visuelle  : au jeu de dames comme dans tout jeu de stratégie plusieurs types de mémoire sont en jeu : en premier lieu la mémoire visuelle qui s’applique tant dans les aspects tactiques (les combinaisons) que dans les aspects stratégiques (plan général d’action).
La mémoire à court terme, c’est apprendre à mémoriser les informations qui surgissent au cours de la partie, multiples et variées et qui sont fondamentales pour mener son jeu.
La mémoire à long terme c’est intégrer toutes les informations de théories générales, mais aussi mémoriser des plans entiers de parties jouées, autrement dit former son expérience.
Il va sans dire que les mémoires visuelles à long et court terme interfèrent.

La logique mathématique-l’esprit d’analyse et de synthèse : si il y a bien une chose que le jeu de dames apprend, c’est la rationalité de la pensée, la rigueur du raisonnement, la mesure du problème posé et la justesse de la solution proposée.
Voir, prévoir, concevoir, sont les maîtres mots au jeu de dames, voir, c’est bien prendre la mesure du problème posé, le comprendre, l’intégrer; prévoir c’est projeter dans un processus d’abstraction les conséquences et les enjeux, à un temps T ;concevoir c’est résoudre le problème, trouver la solution .


Le jeu de dames et ses apports pédagogiques

Les apports pédagogiques du jeu de dames sont

a) la maîtrise de soi – la gestion du stress

b) la ténacité –l’envie de réussir

c) l’esprit de décision- l’esprit d’initiative

d) la responsabilité de ses actes

e) la conscience de soi – la confiance en soi

la maîtrise de soi – la gestion du stress : le principal adversaire d’un joueur de dames c’est son propre rapport à son émotivité, plus celle-ci sera grande et forte plus le joueur sera gêné par elle , cela se traduira par un jeu perdant , car il est aisé de comprendre et de faire comprendre à l’enfant, ( en analysant son jeu ) que l’émotivité altère le raisonnement , au fur et à mesure que l’on apprend à jouer on apprend à cadrer son stress , mon pas à le faire disparaître mais à en rester maître.

Cet aspect des choses est à mettre directement en relation avec le stress que la scolarité peut procurer , la maîtrise de celui-ci est donc un facteur essentiel pour permettre aux jeunes de rester lucides face à des situation de stress vécues à l’école (devoirs à rendre, examens) et donc être plus performants

La ténacité- l’envie de réussir ; tenter de résoudre un problème, s’évertuer à élaborer un plan de jeu, essayer de visualiser le plus loin possible, finir par imposer la justesse de son raisonnement, sont des facteurs qui développent chez les enfants la volonté, pour gagner une partie il ne faut rien lâcher, il faut le vouloir (ce n’est pas suffisant mais c’est indispensable)
Le jeu de dames est en soi dans son apprentissage une école de la volonté, de la combativité

L’esprit de décision- l’esprit d’initiative : la solitude du joueur de dames devant le damier : une partie c’est être seul face à l’autre mais aussi face à soi même , une double solitude , des choix s’imposent et s’opèrent que vous devez négocier seul , il y a toujours un moment ou il faut jouer et donc décider du coup que l’on va jouer sans forcement être sur du choix opéré ,cela éduque à la prise de décision, il en va de même pour l’esprit d’initiative, c’est à vous d’orienter le jeu vers telle ou telle direction, pour cela vous avez une panoplie de connaissances qui vous guideront mais jamais vous n’aurez des certitudes et pourtant il faut bien se déterminer

La responsabilité de ses actes : Une des règles essentielles du jeu de dames, et qu’il est impératif de faire respecter, c’est que tout pion touché doit être joué. Et que l’on ne peut revenir en arrière, l’enfant au travers de cette réalité mesure vite que les actes on des conséquences qu’il faut assumer, partant de cette donnée le joueur intègre vite qu’il est impératif de réfléchir avant de jouer un coup ,
La conscience de soi- la confiance en soi : Dans les jeux de stratégie, et donc aux dames la maxime je pense donc je suis s’avère être absolument juste, de la même façon que le jeune découvre qu’il peut courir, sauter, avoir de la force, nager etc., le jeu de dames va lui faire sentir, puis comprendre qu’il peut et sait réfléchir, petit à petit il prendra conscience de son intellect et des aptitudes de celui-ci ;
Ce mécanisme de perception, s’opère entre autre par la prise en compte de la résistance cérébrale qu’offre l’adversaire durant une partie, l’intelligence devient une réalité tangible dont on peut en mesurer la puissance, et en affinant le jeu mesurer toutes les subtilités de celle-ci, en saisissant cela l’enfant appréhende sa propre intelligence ;
Partant de là, cette découverte ne peut que favoriser les processus de mises en confiance de soi

Le jeu de dames et ses apports socialisants

Le respect des règles

La prise en compte de l’autre

La mise à bas des préjugés

La mixité

L’apprentissage de la victoire comme de la défaite



Le respect des règles : un des paradoxes du jeu de dames, vient du fait que les règles du jeu de dames sont formellement assimilables rapidement, mais la maîtrise du jeu est extrêmement difficile, il y a dans ce paradoxe matière à effectuer un travail important sur le respect des règles qui structures le jeu de dames ,et l’assimilation réelle de celles-ci , assimilation qui amène le jeunes à rentrer dans la logique intrinsèque du jeu .Dans ce processus on permet au jeune de mieux comprendre que loin d’être une gène la règle par -ce -que commune et strictement respectée par tous permet de s’exprimer , et d’établir des rapports sociaux

La prise en compte de l’autre :
Il est impossible d’élaborer une stratégie même la plus élémentaire si l’on ne prend pas en compte le jeu de l’autre, cette dimension du jeu est fondamentale et nécessite un travail pédagogique long et difficile, en effet il n’est pas simple de comprendre puis d’intégrer que, jouer son jeu c’est avant tout analyser le jeu de l’adversaire et trouver des réponses adéquates aux difficultés qui surgissent de cette dualité
Concrètement on apprend au joueur débutant, à ne jamais jouer sans avoir analysé au préalable le coup que vient de jouer l’adversaire, puis prendre en compte cette analyse pour structurer son propre raisonnement
La mise à bas des préjugés : Il est très aisé en s’appuyant sur le jeu de dames de démonter des idées reçues tel que « les garçons raisonnent mieux que les filles », ou « un enfant en difficulté scolaire réfléchit moins qu’ un enfant qui a de bons résultats «, il n’est pas rare de rencontrer un enfant en difficulté scolaire, faire preuve de réelles qualités et compétences pour le raisonnement stratégique et tactique ou combinatoire– révélation qui peut débloquer une situation d’échec
Il en va de même pour le rapport de l’enfant à l’adulte, le jeu de dames peut renverser la hiérarchie et voir la victoire récurrente du jeune sur l’adulte, ici aussi ce renversement peut être très bénéfique pour le jeunes (et d’ailleurs aussi pour l’adulte).On voit par les deux exemples ci-dessus qu’il y a un lien étroit entre les processus pédagogiques et ceux socialisants

La mixité : Un des paramètres importants dans ce travail auprès de jeunes, est de favoriser les rencontres qui favorisent la mixité tant intergénérationnelle, que sociale ainsi que les rencontre filles–garçons,
En effet le jeu de dames permet de mettre en rapport très facilement des personnes venant d’horizons différents, ou étant à des moments différents de leur vie, la confrontation intellectuelle qui régit ces moments, permet de s’appréhender autrement, de percevoir l’autre sous un angle particulier, celui de la réflexion de l’engagement intellectuel situation spécifique qui amène des rapports particuliers propices à une compréhension de l’ « autre » plus pertinente

L’apprentissage de la victoire ,comme celle de la défaite : Au fur et à mesure que le jeune apprend à jouer il réalise que gagner n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat de choses tel que l’assimilation de données théoriques, la concentration,…..et la détermination , l’envie de gagner, cela l’aide à réaliser que souvent arriver à atteindre un but c’est une synthèse entre travail et détermination , il est nécessaire aussi d’amener l’enfant (mais pas que) à avoir la victoire modeste , du reste le jeu le ramène à avoir les pieds sur terre ,car défaites et victoires interfèrent ,.
En ce qui concerne la défaite, et son acceptation, un travail spécifique doit être mené, voir ce qui n’a pas été suffisamment assimile du point de vue théorique, mais aussi voir les faiblesses comportementales, manque de concentration, surestimation de soi et donc mauvaise analyse des données, pour certains peur de la victoire, il est important évidemment d’amener le jeunes à formuler les raisons de la défaites afin de pouvoir les intégrer pour les dépasser

Les matières scolaires qui peuvent être abordées par le jeu de dames

Les Mathématiques : Elles peuvent être abordées sous plusieurs angles et à des niveaux différents , en premier lieu on peut travailler ce qui est de l’ordre de la méthodologie, poser le problème c-à-d bien comprendre ce qui est demandé, puis chercher par hypothèses successives, et « théorèmes  adéquats », les mécanismes qui mèneront vers la solution, sans oublier de vérifier les conclusions qui se sont opérées puis appliquer la résolution. Cet aspect ( la méthodologie ) est un travail permanent de l’apprentissage du jeu de dames, que l’on peut aisément relier au scolaire
En second lieu l’arithmétique, (les thèmes peuvent aller de l’apprentissage des chiffres, puis des nombres, aux puissances, en passant par les progressions exponentielles, ou les notions de nombres négatifs etc.) la géométrie, par définition un damier est un espace géométrique qui recèle tout un tas de variations euclidiennes et ou des théorèmes (Pythagore par ex ) peuvent être démontrés.
En fait les champs d’investigations sont très larges et nombreux

Le français :Autant que cela puisse paraître surprenant , le français peut être abordé et développé par le biais du jeu de dames , dans un premier temps ,il est important de savoir que les parties jouées peuvent être écrites , et que donc il existe une écriture , et un langage qui est international spécifique au jeu , par ce biais il est possible de montrer l’intérêt d’une langue et de la maîtriser – des questions telles que c’est quoi une langue ( langue , jargon ), quels son les domaines que celle-ci englobe, le rapport entre mémoire personnelle et collective – traces tangibles et étudiables etc. peuvent être discutées , abordées débattues
Par ailleurs un travail d’écriture peut être effectué autour des sensations que procure une partie, essayer de mettre sur le papier les différents moments qui ont structuré le jeu et les états d’esprits successifs traversés
Je précise que beaucoup d’ouvrages sont soit en anglais, soit en néerlandais, soit en russe, et que un travail sur les langues peut aussi être envisagé

Histoire-géographie : Une particularité du jeu de dames, est qu’il n’est pas joué pareil dans le monde, chaque continent y joue avec des particularismes plus ou moins spécifiques, voir avec des différences fondamentales, et à l’intérieur des continents plusieurs fédérations coexistent ; partant de cette diversité il est possible de faire un lien entre l’histoire du jeu de dames et sa localisation géographique et l’histoire et la géographie enseignées dans le scolaire.

Informatique - Utilisation des ordinateurs et des logiciels de jeu de dames.
- Utilisation des bases de données (des millions de parties de par le monde sont à présent
Répertoriées).
- Jeu par Internet sur différents serveurs de jeu en ligne avec des joueurs du monde entier
.
Approche d’activité manuelle : Il est un travail intéressant à mener autour du jeu de dames, c’est la réalisation de damiers. Cette activité peut s’inscrire tant dans un cadre simple de réalisation immédiate, d’initiation aux travaux manuel, que dans un cadre plus structuré de création technique et artistique plus accompli (Pavages, mosaïques, frises, marqueterie, ébénisterie etc.)
Dans ces ateliers, l’approche tant immédiate que artisanale et artistique est renforcée par l’appropriation de l’objet réalisé, l’utilisation de l’objet même, par celui ou celle qui l’a conçu, réalisé, peut engendrer bien des satisfactions


Références bibliographiques
Institut pédagogique de Yakoustk-edition jipto2005-
Académie pédagogique de Yakoustk
BD n° 96 mars-avril 2006 inspection académique du Nord
Rapport de Rudik-Diakov et Petrosky – edition jipto2005-
Onisep bulletin d’information n° 405 juin 1987
Fédération française de jeu de dames
Maitrise du jeu de dames –jean pierre dubois- édité par la ligue rhône –alpes
Les jeux de dames dans le monde –jean-bernard alemanni-chiron editeur
Jeu de dames exercices de style –philippe jeanneret-edition borneman
Le jeu de dames –depaulis ,jeanneret- edition borneman


Organisme d’affiliation : le club damier mirapissien est affilié à la fédération française du jeu de dames (ffjd) (agrée jeunesse et éducation populaire), elle même affiliée à la Fédération mondiale du jeu de dames (fmjd), ainsi que à la fédération française de jeu de dames internationnaux
Confédération des loisirs de l’esprit (clef)-(association nationale d’éducation populaire)
Le jeu de dames est reconnu sport cérébral depuis octobre 2000 par l’association générale des fédérations internationales sportives.

Par Philippe Jeanneret – le 09/04/19 à 09h09

Bonjour Jacky existe-t-il une maquette attrayante de ce travail ?
Peut-être faut-il en faire un format plus condensé avec les principaux points..
En faire un outil standard que l'on distribuerait aux différents clubs.
je pense qu'il faut qu'on standardise un peu plus ce genre de très gros travail

Par jacky – le 10/04/19 à 12h53

Salut philippe

Ce document est indispensable si l 'on veut travailler dans des collèges et autres structures qui sont orienter sur l'éducatif et le scolaire .Ils veulent un travail sérieux complet. Chaque personne peut l'adapter à sa région , à son projet .Ce document sert pour les rdv avec sénateurs, députés , rectorat , président de Région etc etc .
Pour la même chose en synthétisé , J 'en ai un exemplaire mais je n'arrive pas à y mettre la main dessus .Le résumé sert pour les petites structures qui pour monter par ex une demande de financement on besoin d'un "synopsis" .Plutôt que d'un document réduit universel , personnellement j'opte pour des résumés adapté à la demande , je me sert du document global et j'en extrait certain passage .Par ex un projet qui tourne autour d'une activité manuelle .création de damier, mon résumé ne sera pas le même que si le projet concerne un atelier avec mise en place d'un mini tournoi .

à plus jacky

Par CERON – le 12/04/19 à 20h37

Réponse ouverte à Mr GOUZY.
"Un jour un noir"" a dit;(Sic). Que penser d'un d'un tel écrit? Il soulève chez l'adhérent à la Ligue des Droits de l'Homme que je suis et à
l'honnête homme- au sens le plus noble du terme- que je me targue d'être, la plus douloureuse interrogation assortie d'un dédain que je ne saurais cacher. Ce vulgum pecus noir n'était pas n'importe qui. Celui qui a prononcé cette phrase célèbre n'était autre que le Pasteur Martin Luther King accessoirement Prix Nobel de la Paix et mort lâchement assassiné. La mémoire de cet apôtre mérite le plus profond respect et le ramener à une simple couleur de peau a quelque chose de misérable. Cela nous amène à nous interroger sur la pensée de Bertolt Brecht: "Le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde". Je crains , hélas, pour mon humble part que ce jugement ne soit plus que jamais d'actualité.
Jacques CERON

Par GOUZI – le 12/04/19 à 23h04

Monsieur CERON,si LUTHER KING avait été blanc j'aurai dit "un blanc".Si j'était noir je n'en aurai pas honte du tout. Mais votre réaction est tout à fait recevable;c'est bien de l'avoir ecrite. Jean.